Entretien avec le peintre Daniel Castan et la galeriste Cécile Chiorino à Aigues-Mortes !

A partir du 11 mars, CC Galerie (ex. Galerie N. Gogat) dirigée par Cécile Chiorino présente une exposition d’un de ses artistes « historiques », le peintre Daniel Castan. Entretien croisé entre la galeriste et l’artiste.

Cécile Chiorino : Comment se prépare ce nouvel événement pour la galerie et comment s’est fait le choix de cette exposition ?

Dans la joie et la bonne humeur, comme toujours ! Avant moi, Nicole Gogat avait l’habitude de présenter les artistes une fois tous les deux ans et c’est aujourd’hui le tour de Daniel Castan.
Je ne boude pas mon plaisir car j’adore la peinture de Daniel. C’est un grand professionnel et j’apprends beaucoup à ses côtés. Nous allons essayer des nouveautés en terme de présentation et d’animation. Cette partie événementielle me plait beaucoup dans le métier de galeriste. Il y a la communication, l’organisation et le jour « J » avec une douce pression. Le vernissage aura lieu le 11 mars au soir.

Daniel Castan : Comment vous êtes-vous préparé pour cette nouvelle exposition et quel est le thème général de celle-ci ?

Je ne me prépare à rien ! Je peins tous les jours sans me poser la moindre question. Tous les jours devant mon chevalet, je laisse ma main faire son travail… Après quelques jours, je regarde mes toiles et parmi celles qui sèchent je décide d’en exposer certaines.
Cela fait maintenant plus de 12 ans que je travaille l’urbain et tout particulièrement les villes américaines. Mais pour moi le sujet n’est pas important. Il n’est qu’un prétexte pour peindre et la forme a plus d’importance que le fond. Par mon travail, je tente d’exprimer mes impressions sur le monde urbain. Parfois les toiles sont réalistes et d’autres fois elles flirtent avec l’abstraction. Je ne contrôle rien.

C. Chiorino : Après quelques mois de direction de la galerie, quel bilan pouvez-vous faire à ce jour ? Satisfaite ?

Très satisfaite. Chaque jour, je rencontre de nouvelles personnes et des collectionneurs.
Peu à peu, ceux qui fréquentaient la galerie avant mon arrivée reviennent. Avec les artistes, le feeling est vite passé et tous m’ont donné leur confiance. J’en suis heureuse et fière. Les nouveaux prennent doucement leur place. Je continue à apprendre chaque jour. Ma plus grande satisfaction est de rencontrer des hommes et des femmes qui cherchent à se faire plaisir.
Ils achètent une œuvre d’art pour avoir de l’émotion. C’est tout simplement mon objectif. J’aime les voir quitter la galerie le sourire aux lèvres tout comme j’aime recevoir leurs photos des œuvres une fois au mur. (rires)

D. Castan : Quelles évolutions avez-vous rencontrées dans votre travail, est-ce que le public va trouver de véritables changements ou votre travail s’inscrit dans la continuité ?

Un peintre qui n’évolue pas est un peintre mort. Même si le sujet de mes toiles reste NYC, elles n’ont rien à voir avec mon travail passé. Il y a quelques mois lors d’un vernissage, une personne m’a rapporté une toile afin que j’y appose une dédicace au dos. J’ai regardé la toile et j’ai indiqué à la personne « médusée » qu’elle n’était pas de moi. Et pourtant elle l’était ! Mais je ne la reconnaissais pas… La seule continuité à laquelle j’aspire, c’est de peindre jusqu’à ma mort.

C. Chiorino : Un bel événement se profile donc avec cette exposition de Daniel Castan mais quels sont les prochains rdv de la galerie ?

J’ai des projets plein la tête ! Aux deux expositions annuelles, j’aimerais ajouter une nouvelle date vers la fin du printemps pour donner la place aux nouveaux artistes. J’ai pour idée de présenter deux nouveaux peintres.
En septembre, j’ai des envies de rires, de joie et de couleurs, nous présenterons donc le travail de Béatrice Terra.
Et pourquoi pas l’associer, comme elle l’est dans la vie, à Yannis Lagresle.
Sa première exposition en septembre dernier a eu beaucoup de succès.
Après une longue et belle saison cela me paraît très positif.

Vernissage le samedi 11 mars au soir en présence de l’artiste à partir de 18h. Exposition à découvrir : du 11 mars au 2 avril à CC Galerie à Aigues-Mortes.Tél. 04 66 51 67 91. cc-galerie.fr.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE